Vos questions / Nos réponses

Retrouvez ici  toutes les réponses à vos questions.

 

28 avril 2018

Question de M. Philippe Ungerer

Impact sur l'environnement

Je ne suis pas d’accord pour la création d’Europa City, car je trouve trop important son impact sur l’environnement francilien. Trop d’emprise sur les terres agricoles, modèle trop fondé sur l’utilisation intensive de la voiture individuelle.

 

 

La réponse d’EuropaCity

Bonjour,

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez au projet EuropaCity et à la concertation.

Concernant les terres agricoles, nous rappelons ici la réponse apportée lors du débat public par l’EPA Plaine de France (aujourd’hui Grand Paris Aménagement) :

« Cette question renvoie plus largement à celle de la pression foncière et de l’urbanisation des terres agricoles à l’échelle du territoire aéroportuaire du Grand Roissy, qui fait partie des secteurs les plus dynamiques d’Ile-de-France.

C’est pour répondre à ce défi que l’EPA Plaine de France pilote depuis plusieurs années pour le compte de l’Etat et des collectivités un projet agricole pour le territoire du Grand Roissy. Cette démarche vise à limiter à protéger les terres agricoles et à préserver leur fonctionnalité par une meilleure maîtrise des développements des zones d’activités et d’habitat à l’échelle de l’ensemble du territoire aéroportuaire.

Les grands fondements de ce projet agricole viennent d’être votés le 30 juin 2016 par la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France : il s’agit de la charte agricole et du schéma agricole, qui visent à préserver sur 30 ans 8 000 ha de terres agricoles à l’échelle de la place aéroportuaire.

Le Triangle de Gonesse est à la fois un projet emblématique et un projet pilote de cette démarche. Il illustre la déclinaison locale de la démarche agricole portée par l’EPA au sein de son projet urbain. Des trois projets étudiés par le jury du marché de définition en 2008, celui du groupement  Güller Güller était à la fois le plus compact et le seul qui permettait de préserver l’activité agricole en créant une zone agricole d’un seul tenant au nord du site.  Sur le territoire du Triangle, l’EPA Plaine de France a ainsi fait le choix de préserver un carré agricole de 400 hectares, aujourd’hui exploité en grande culture par 8 agriculteurs. L’ouverture à l’urbanisation du Triangle de Gonesse indiquée dans le SDRIF est d’ailleurs conditionnée par la préservation de la fonctionnalité d’un seul tenant des terres agricoles existantes, soit au moins 400 hectares préservés au nord.

Ce Carré Agricole restera à vocation strictement agricole. L’EPA interviendra sur cette zone uniquement pour réaménager les accès et faciliter/sécuriser les circulations agricole. Afin de pérenniser cet usage du sol et de créer un périmètre de protection juridique sur cette zone, les conseils municipaux de Gonesse et de Roissy-en-France ainsi que l’Agence des Espaces Verts (AEV) de la Région Île-de-France ont intégré le Carré Agricole dans le Périmètre Régional d’Intervention Foncière (PRIF). Ce périmètre d’intervention permettra à l‘AEV et à la SAFER d’acquérir prioritairement les terrains qui seraient en vente dans ce périmètre, afin d’éviter le mitage des terres agricoles, de préserver la biodiversité et le maintien des activités agricoles.

Afin de renforcer et compléter ce dispositif de protection du carré Agricole, l’EPA œuvre aux côté des collectivités à la mise en place d’une Zone Agricole Protégée (ZAP) sur la totalité de cette zone comme il s’y était engagé lors de la concertation règlementaire pour la création de la ZAC du Triangle de Gonesse. L’EPA a en effet pris 10 engagements lors de la réunion publique de clôture de la concertation d’octobre 2013, dont celui de créer un périmètre de protection juridique pour les 400 ha du carré agricole. Le 23 juin le conseil municipal de la Commune de Gonesse a délibéré favorablement sur cette ZAP.

Au sein de la ZAC du Triangle, l’EPA Plaine de France a également fait le choix de former une lisière d’une surface de 11 ha dédiée à l’agriculture. Elle marque la limite de l’urbanisation future, et doit permettre de gérer l’interface ville-campagne et de développer des liens fonctionnels avec le territoire. Cette interface a vocation à accueillir des démarches agricoles innovantes, éducatives et écologiques, etc, et permettra de préserver des sols fonctionnels et en bonne santé, non imperméabilisés.

Soulignons, enfin, que le projet prévoit, outre les 11 hectares de lisière agricole, 70 ha d’espaces verts, non imperméabilisés ».

Concernant la question des transports, les études de modélisation des déplacements ont conclu que plus de la moitié des déplacements des visiteurs et employés attendus à EuropaCity seraient réalisés en transports collectifs : 46% utiliseraient les transports en commun et 5% des cars dans le cadre de voyages organisés.

Cette question a été largement débattue lors du débat public qui s’est tenu en 2016. Nous vous invitons à prendre connaissance de la teneur de ces échanges dans le compte-rendu de la commission particulière du débat public (lien vers le CR).  

 

27 janvier 2018

Question de M.Aziz Chakrouni

TPE, intervention dans les classes

Bonsoir, je suis Aziz un des 3 élèves venus vous voir à la maison du projet. Nous avons entamé, il y a quelques semaines, la rédaction de notre TPE et nous voulons vous demander si ça serait possible d’avoir un court compte-rendu de votre intervention dans une classe de Lycée

 

 

La réponse d’EuropaCity

Bonjour,

Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez au projet EuropaCity et à la concertation. 

Dans le cadre de votre TPE, vous pourriez venir avec votre classe lors d’une prochaine permanence à la Maison du projet du Triangle de Gonesse. Nous pourrions vous présenter le projet à l’aide d’une maquette et répondre à vos questions. Les prochaines permanences auront lieu les mercredis 7 et 21 février, à la Maison du projet du Triangle de Gonesse (en face de la mairie de Gonesse, 3 place du général de Gaulle), de 10h à 13h. Dans les prochains mois, nous allons organiser d’autres permanences.

 Vous pouvez également consulter les comptes-rendus des précédentes réunions sur notre site internet ainsi que le compte-rendu vidéo de l’intervention des équipes EuropaCity dans les classes de 2ndes et de 1ères du lycée Jean-Jacques Rousseau de Sarcelles.

Pour rester informé sur le projet et les dates des prochaines rencontres, vous pouvez en plus consulter le site internet www.construisons-europacity.com et à vous abonner à notre newsletter.

29 novembre 2017

« Atelier Culture »

Coulée verte

La coulée verte prévue dans le nouveau plan d’aménagement sera-t-elle reliée aux autres espaces verts environnants, et notamment le centre équestre ou le parc de la Patte d’oie ? 

« Cette question a été posée dans le cadre d’un atelier consacré au volet culturel du projet »

 

La réponse d’EuropaCity

Oui, la coulée verte sera reliée à d’autres espaces verts environnants, tels que le centre équestre ou le parc de la patte d’oie par exemple via la lisière agricole.

29 novembre 2017

« Atelier Culture »

Cirque contemporain

Y aura-t-il des animaux dans le cirque contemporain ?

« Cette question a été posée dans le cadre d’un atelier consacré au volet culturel du projet »

 La réponse d’EuropaCity

La société Alliages & Territoires porte le projet EuropaCity et des opérateurs exploiteront les différents équipements de commerces, de loisirs et de culture répartis sur le site. Ces opérateurs, qui proposeront notamment le contenu de ces équipements n’ont pas encore été sélectionnés. Dans l’attente, nous vous invitons à déposer vos avis sur la plateforme construisons-europacity.com. À propos du cirque contemporain, le projet de l’architecte Clément BLANCHET a été retenu dans le cadre du concours d’architecture dont les résultats ont été dévoilés le 09 février 2018 (cliquez ici pour consulter le communiqué de presse).

29 novembre 2017

« Atelier Culture »

Salle de concert

 Combien y aura-t-il de places dans la salle de concert ?

« Cette question a été posée dans le cadre d’un atelier consacré au volet culturel du projet »

 

 

La réponse d’EuropaCity

Il est prévu que la salle de concert soit modulable et permette la tenue de concerts en intérieur ou en extérieur. En intérieur, la capacité d’accueil sera de 3 000 à 7 000 personnes. En extérieur, elle sera d’environ 8 000 personnes. À titre d’exemple, le Zénith de Paris peut accueillir de 2 200 à 9 000 personnes. Suite au concours d’architecture dont les résultats ont été dévoilés le 09 février 2018, le projet de l’agence Hérault Arnod Architectes a été retenu pour la salle de concert (cliquez ici pour consulter le communiqué de presse).

 

20 novembre 2017

Question de M. Lorenzo Mélis

Demande de renseignement

Bonjour ! Je vous contacte afin de savoir si vous pouviez faire en sorte que le Parc des Neiges puisse bel et bien se construire dans le cadre d’Europa City, je vous prie ? Il est fort dommage de supprimer le parc des neiges intérieur, sous prétexte que celui-ci ne répond pas à des exigences en terme d’écologie (ce que vous avez démontré, soit dit en passant) ! J’espère de tout cœur que le parc de neige intérieur pourra voir le jour, en même qu’Europa City et que vous mettrez tout en oeuvre auprès des chefs de chantier, de la direction du projet d’Europa City et des dirigeants, afin que le parc des neiges intérieur puisse voir le jour, c’est primordial pour Europa City et son offre de loisirs ! Parallèlement à ce sujet, est-ce que vous pourrez construire des montagnes russes et autres attractions et manèges à sensations fortes, uniques en Europe et dans le monde, je vous prie ? Aussi, concernant le parc aquatique, sera-t-il possible de construire des toboggans uniques en leur genre, de part leur longueur de parcours, leur diamètre, leurs sensations qu’ils procureront ainsi que le nombre très élevé de toboggans aquatiques et autres loisirs, s’il vous plaît ? En sachant pouvoir compter sur vous pour transmettre mes demandes et suggestions aux dirigeants d’Europa City à travers ce message, je vous remercie d’avance pour les réponses détaillées à mes demandes que vous me fournirez et espère que Europa City proposera le parc des neiges, comme convenu initialement, ainsi que des montagnes russes, attractions et manèges à sensations et des toboggans aquatiques uniques en Europe et dans le monde. Bien cordialement. PS : Sur le visuel du projet, une grande roue est montrée. Est-ce qu’il va y avoir réellement une grande-roue ? Et si oui, pourra-t-elle être la plus grande d’Europe, je vous prie ? Il faut absolument qu’Europa City détienne des recors européens et mondiaux ! Nous comptons sur vous pour que tout soit bien mis en oeuvre (les mini-bus sur rails comme sur les visuels, les jets d’eau et fontaines à l’extérieur ainsi que dans la future salle de spectacle/cirque, des lieux nocturnes comme des discothèques, des restaurants, des jeux de lumières la nuit avec notamment des faisceaux lumineux blancs et multicolores comme sur la vidéo de présentation, etc…). Merci à vous.

 

La réponse d’EuropaCity

Bonjour,

Nous vous remercions pour l’ensemble de vos questions et propositions. Nous avons bien noté votre soutien à l’idée du parc des neiges. Dans la décision du maître d’ouvrage publiée en décembre 2016 suite au débat public, nous indiquions que le parc des neiges verrait le jour à condition que cet équipement soit conforme à l’ambition environnementale du projet. Aujourd’hui, des études sont en cours pour évaluer l’adéquation du projet avec nos exigences en matière de respect de l’environnement.

Concernant vos suggestions sur les montagnes russes, le parc aquatique et la grande roue, nous notons bien vos suggestions: les échanges avec de potentiels opérateurs du parc de loisirs se poursuivent. Nous vous tiendrons informés par le biais de notre site internet dès que nous aurons davantage d’information à vous communiquer.

Pour être tenu informé de l’avancée du projet et de la concertation, nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter et à consulter régulièrement le site www.construisons-europacity.com. Par ailleurs, vous pouvez nous faire part de vos suggestions pour l’aménagement du parc urbain, de la plaine des sports et de la ferme urbaine en jouant à notre jeu de simulation Mycitypark.

Les équipes EuropaCity

26 septembre 2017

Question de M. Nicolas Herna

Localisation

Bonjour, Puisque les habitants du triangle de la Gonesse refusent de voir sortir votre projet de terre… pourquoi ne pas l’installer entre la N4 et l’A5 ? Les habitants y seront probablement plus réceptifs, et heureux de voir de l’investissement et de la création d’emplois… Cordialement Nicolas

 

La réponse d’EuropaCity

Nous constatons d’abord que lors du débat public, comme dans la concertation qui se déroule aujourd’hui, de nombreux soutiens au projet se sont exprimés et s’expriment aujourd’hui parmi les habitants du territoire concerné.

Ensuite, concernant le choix du site de Gonesse pour l’implantation d’EuropaCity, celui-ci est issu d’un long dialogue avec l’ensemble des parties prenantes publiques.

Voici quelques éléments chronologiques qui rappellent le cheminement de la réflexion et les conditions de son aboutissement :

–          Le concept fondateur d’EuropaCity est né et a été progressivement affiné entre 2006 et 2008. Des hypothèses de localisation européennes puis françaises ont successivement été étudiées, en Europe et en France, notamment à l’ouest et au sud de l’Ile-de-France : c’est en 2010 que le choix du maître d’ouvrage s’est porté sur le site de Gonesse, en concertation et en partenariat avec les acteurs publics. Le projet a alors été partagé avec les parties prenantes dans le cadre d’un comité de pilotage co-présidé par le préfet du Val d’Oise et le maire de Gonesse, qui comprenait les services de l’Etat, les communes, communautés d’agglomérations et départements concernés, la Région Ile-de-France, l’association des collectivités du Grand Roissy et l’Etablissement public d’aménagement (EPA) Plaine de France.

–          L’EPA, responsable de l’aménagement,  a défini avec le maître d’ouvrage les modalités d’insertion urbaine et environnementale du projet EuropaCity dans le cadre de l’aménagement, prévu par les Schémas directeurs de la Région Ile-de-France successifs depuis 1994, du Triangle de Gonesse dont 280 hectares sur 700 sont ouverts à l’urbanisation, au sein desquels 80 hectares seraient occupés par EuropaCity.

–          Entre septembre 2010 et janvier 2011, un débat public s’est tenu sur le réseau de transport public du Grand Paris. A l’issue de ce débat, l’Etat et la Région ont confirmé leur volonté de créer une gare de la ligne 17 du Grand Paris Express sur le site du Triangle de Gonesse, en liaison avec le projet de Barreau de Gonesse.

–          En 2011, en concertation avec l’EPA Plaine de France, le maître d’ouvrage a lancé une consultation auprès de quatre équipes internationales pluridisciplinaires : les travaux de ces quatre équipes ont fait l’objet d’expositions en divers lieux (Paris, Gonesse…) et c’est l’agence danoise Bjarke Ingels Group (BIG), entourée d’agence et de bureaux d’études spécialisés, qui a été retenue en 2013 après consultation de l’EPA et des collectivités, pour un projet architectural conçu pour être inséré au sein du plan-guide du projet d’aménagement du Triangle de Gonesse.

–          En septembre 2013, la société Alliages et Territoires qui porte le projet EuropaCity a saisi la Commission nationale du débat public de l’opportunité d’organiser un débat public sur le projet dont la localisation avait ainsi été définie : en octobre 2013, la CNDP a décidé d’organiser un débat public, qui s’est déroulé du 15 mars au 13 juillet 2016, réunissant plus de 2000 participants.

–          Le 9 décembre 2016, nous avons confirmé notre volonté de poursuivre le projet selon ces grandes caractéristiques, dont la localisation.

 

25 septembre 2017

Question de Mme. Jiny Becquart

Enquête publique

Pouvez-vous m’envoyer copie du rapport du commissaire enquêteur ? J’ai entendu ce matin une émission à France culture, (lundi 25 sept. 2017) indiquant que le commissaire enquêteur a donné un avis défavorable : pouvez-vous m’envoyer cet avis, merci…

La réponse d’EuropaCity

L’avis du commissaire enquêteur que vous évoquez concerne la révision du plan local d’urbanisme de la ville de Gonesse. Vous pourrez trouver le rapport du commissaire enquêteur sur le site de la ville : http://www.ville-gonesse.fr/rubrique/plan-local-durbanisme

16 août 2017

Question de Mme. Nadia Kechich

Espace multiculturel

Y a-t-il un projet ou une structure pérenne sur le site genre café culturel qui serait un espace ouvert aux artistes confirmés ou débutants de se produire sur une scène ouverte et gratuite ? J’aimerais bien en discuter sur un projet sur ce thème.

 

La réponse d’EuropaCity

Bonjour,
 Dans le cadre de la concertation sur le volet culturel du projet, les acteurs culturels locaux ont formulé la proposition d’ouvrir des espaces scéniques aux artistes professionnels ou amateurs. Le format d’un café culturel n’a pas encore été abordé et nous vous invitons à déposer cette idée sur la plateforme collaborative pour la soumettre aux autres internautes.
 Actuellement, le projet EuropaCity envisage la mise à disposition d’espaces scéniques dans les lieux publics (parc urbain, places…), ou bien l’intégration de ces espaces scéniques des équipements culturels, tels que la salle de spectacle.
 Par ailleurs, pour approfondir ce sujet avec les équipes qui y travaillent, nous vous invitons à participer aux prochains réunions publiques dédiées au volet culturel du projet qui auront lieu le 27 septembre et 12 octobre prochains. Les lieux et horaires de ces rencontres seront communiqués très prochainement sur le site internet.
 Vous pouvez d’ici là consulter les compte-rendu des réunions de concertation avec les acteurs culturels du projet sur la page «Documents d’information» et vous inscrire à la newsletter pour être tenue informée de l’actualité de la concertation et du projet.

 

21 juin 2017

Question de Mme. Nathalie Wattiau

Scepticisme

Bonjour,

Aujourd’hui, nous savons que nous devons prendre un virage écologique, le président lui-même l’a dit « make our planet great again ». En quoi votre projet s’inscrit-il dans cet objectif ? Les terres arables ne sont-elles pas, finalement, plus bénéfiques pour tout le monde, pour la planète, pour la dépollution de l’air, diminuer le risque d’inondations ? D’avance, je vous remercie du temps que vous consacrerez à me répondre.

Cordialement,

 

La réponse d’EuropaCity

Concernant l’inscription du projet dans le virage écologique : l’objectif d’exemplarité environnementale est au cœur du projet EuropaCity. Sa taille et la diversité de ses programmes permettra de créer un écosystème urbain conçu pour gérer simultanément l’eau, l’énergie et les déchets, au sein d’un quartier à l’échelle du piéton. Cogénération, réutilisation des eaux pluviales, valorisation des biodéchets dans la ferme urbaine sont aujourd’hui à l’étude.

Sur les eaux pluviales, l’étude d’impact de la ZAC du Triangle de Gonesse montre l’effet positif de l’aménagement de la ZAC, qui intègre une gestion des eaux pluviales notamment pour les pluies à caractère exceptionnel (jusqu’à une récurrence cinquantenale ; autrement dit, ce niveau de pluie a une chance sur cinquante d’être atteint chaque année) et permet ainsi de réduire le risque d’inondation en aval, par rapport à la situation actuelle.

Suite au débat public, ces réflexions ont aussi évolué pour prendre en compte les synergies avec les équipements du territoire. Le confort de ses visiteurs ainsi que la participation au développement de la biodiversité locale sont d’autres thématiques dont l’ambition des objectifs a également été partagée durant le débat public. EuropaCity pourrait par ailleurs devenir une nouvelle vitrine d’innovations durables, aussi bien techniques et numériques que sociales et environnementales.

Concernant les terres agricoles, nous rappelons ici la réponse apportée lors du débat public par l’EPA Plaine de France (aujourd’hui Grand Paris Aménagement) :

« Cette question renvoie plus largement à celle de la pression foncière et de l’urbanisation des terres agricoles à l’échelle du territoire aéroportuaire du Grand Roissy, qui fait partie des secteurs les plus dynamiques d’Ile-de-France.

C’est pour répondre à ce défi que l’EPA Plaine de France pilote depuis plusieurs années pour le compte de l’Etat et des collectivités un projet agricole pour le territoire du Grand Roissy. Cette démarche vise à limiter à protéger les terres agricoles et à préserver leur fonctionnalité par une meilleure maîtrise des développements des zones d’activités et d’habitat à l’échelle de l’ensemble du territoire aéroportuaire.

Les grands fondements de ce projet agricole viennent d’être votés le 30 juin 2016 par la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France : il s’agit de la charte agricole et du schéma agricole, qui visent à préserver sur 30 ans 8 000 ha de terres agricoles à l’échelle de la place aéroportuaire.

Le Triangle de Gonesse est à la fois un projet emblématique et un projet pilote de cette démarche. Il illustre la déclinaison locale de la démarche agricole portée par l’EPA au sein de son projet urbain. Des trois projets étudiés par le jury du marché de définition en 2008, celui du groupement  Güller Güller était à la fois le plus compact et le seul qui permettait de préserver l’activité agricole en créant une zone agricole d’un seul tenant au nord du site.  Sur le territoire du Triangle, l’EPA Plaine de France a ainsi fait le choix de préserver un carré agricole de 400 hectares, aujourd’hui exploité en grande culture par 8 agriculteurs. L’ouverture à l’urbanisation du Triangle de Gonesse indiquée dans le SDRIF est d’ailleurs conditionnée par la préservation de la fonctionnalité d’un seul tenant des terres agricoles existantes, soit au moins 400 hectares préservés au nord.

Ce Carré Agricole restera à vocation strictement agricole. L’EPA interviendra sur cette zone uniquement pour réaménager les accès et faciliter/sécuriser les circulations agricole. Afin de pérenniser cet usage du sol et de créer un périmètre de protection juridique sur cette zone, les conseils municipaux de Gonesse et de Roissy-en-France ainsi que l’Agence des Espaces Verts (AEV) de la Région Île-de-France ont intégré le Carré Agricole dans le Périmètre Régional d’Intervention Foncière (PRIF). Ce périmètre d’intervention permettra à l‘AEV et à la SAFER d’acquérir prioritairement les terrains qui seraient en vente dans ce périmètre, afin d’éviter le mitage des terres agricoles, de préserver la biodiversité et le maintien des activités agricoles.

Afin de renforcer et compléter ce dispositif de protection du carré Agricole, l’EPA œuvre aux côté des collectivités à la mise en place d’une Zone Agricole Protégée (ZAP) sur la totalité de cette zone comme il s’y était engagé lors de la concertation règlementaire pour la création de la ZAC du Triangle de Gonesse. L’EPA a en effet pris 10 engagements lors de la réunion publique de clôture de la concertation d’octobre 2013, dont celui de créer un périmètre de protection juridique pour les 400 ha du carré agricole. Le 23 juin le conseil municipal de la Commune de Gonesse a délibéré favorablement sur cette ZAP.

Au sein de la ZAC du Triangle, l’EPA Plaine de France a également fait le choix de former une lisière d’une surface de 11 ha dédiée à l’agriculture. Elle marque la limite de l’urbanisation future, et doit permettre de gérer l’interface ville-campagne et de développer des liens fonctionnels avec le territoire. Cette interface a vocation à accueillir des démarches agricoles innovantes, éducatives et écologiques, etc, et permettra de préserver des sols fonctionnels et en bonne santé, non imperméabilisés.

Soulignons, enfin, que le projet prévoit, outre les 11 hectares de lisière agricole, 70 ha d’espaces verts, non imperméabilisés ».

 

21 juin 2017

Question de Mme. Julie Gonidec

Cette catastrophe écologique trouvera-t-elle des clients ?

Au-delà du fait que votre projet m’attriste profondément, pensez-vous réellement que les clients seront au rendez-vous ? Ex : Aéroville Les centres commerciaux sont-ils rentables ? Pensez-vous que les clients seront au rendez-vous ? Non parce que tant qu’à commettre une monstruosité écologique et sociale (ce n’est pas un avenir pour les jeunes de Sarcelles d’être vendeur chez Mac Donald’s), cela risque d’être un lamentable échec … à mon sens. Quand est-ce qu’on s’éloignera enfin de la consommation pour orienter nos loisirs vers la culture, le partage ou le sport, et nos métiers vers du durable valorisant ?

 

La réponse d’EuropaCity

Le projet ne consiste pas à créer un centre commercial traditionnel supplémentaire, mais, comme vous l’évoquez dans votre question,  à proposer une nouvelle destination touristique, mixant loisirs (dont le sport), culture, commerces, hôtels.

Concernant l’offre commerciale plus particulièrement, les opérateurs devront répondre aux critères suivants comme une architecture spectaculaire, une qualité particulière de service dans la relation au client, des collections inédites, une offre de commerce collaborative, éco-responsable.

Ainsi, l’offre sera très différente des centres commerciaux traditionnels.

Concernant la culture, la programmation envisagée serait de haute qualité, conçue avec des opérateurs professionnels capables de développer une offre accessible à tous, qui permettra de découvrir des œuvres et des créateurs dans des domaines très variés comme le spectacle vivant ou les arts visuels.

Les études que nous avons menées à ce jour, et qui ont été présentées lors du débat public de 2016, indiquent que le nombre de visites annuelles est estimé à 31 millions, dont 6 millions de touristes.
Par ailleurs, les procédures qui s’appliquent au projet font qu’il ne peut pas être qualifié de « catastrophe écologique ». En effet, il s’inscrit dans l’opération publique d’aménagement de la ZAC du Triangle de Gonesse, pour laquelle une étude d’impact a été réalisée par l’aménageur, Grand Paris Aménagement. Cette étude d’impact comprend une analyse de l’état initial du site, une évaluation des impacts du projet de ZAC, ainsi que la présentation des mesures pour éviter et réduire les impacts, et compenser les impacts résiduels.

Concernant les effets sociaux du projet, l’étude complémentaire à dire d’expert, décidée par la Commission nationale du débat public sur proposition de la commission particulière, a montré que le projet permettrait de mobiliser environ 10 100 emplois,  que l’effet de transfert pourrait toucher au maximum entre 2 000 et 2 700 emplois, laissant 7 400 à 8 100 créations nettes, et qu’une part significative des emplois peut être pourvue localement et dans des proportions très importantes (75%) sous réserve d’une politique volontariste.

La gamme des métiers proposés est beaucoup plus large que ce que vous envisagez dans votre question. En effet, pendant le chantier, nous prévoyons qu’une quarantaine de métiers différents soit sollicités : depuis les compagnons aux techniciens (géomètres, topographes, etc.) en passant par le personnel d’encadrement de chantier. En phase d’exploitation, 80 métiers différents seront mobilisés. L’enjeu de la phase actuelle est donc de préparer, avec les acteurs de la formation, les meilleures conditions pour accueillir, orienter et former les habitants du territoire.

14 juin 2017

Question de M. Jacques BUREAU

Terres agricoles

Combien d’hectares de terres agricoles disparaissent à la suite de cette opération d’urbanisation ? Quel est le rendement par hectare de ces terres actuellement ? Quelle sera la destinée de l’immense friche industrielle que constitue l’ancienne usine Peugeot-Citroën qui jouxte cette opération ?

La réponse d’EuropaCity

Bonjour,

Sur la question des terres agricoles, nous rappelons ici la réponse apportée lors du débat public par l’EPA Plaine de France (aujourd’hui Grand Paris Aménagement) :

« Cette question renvoie plus largement à celle de la pression foncière et de l’urbanisation des terres agricoles à l’échelle du territoire aéroportuaire du Grand Roissy, qui fait partie des secteurs les plus dynamiques d’Ile-de-France.

C’est pour répondre à ce défi que l’EPA Plaine de France pilote depuis plusieurs années pour le compte de l’Etat et des collectivités un projet agricole pour le territoire du Grand Roissy. Cette démarche vise à limiter à protéger les terres agricoles et à préserver leur fonctionnalité par une meilleure maîtrise des développements des zones d’activités et d’habitat à l’échelle de l’ensemble du territoire aéroportuaire.

Les grands fondements de ce projet agricole viennent d’être votés le 30 juin 2016 par la Communauté d’Agglomération Roissy Pays de France : il s’agit de la charte agricole et du schéma agricole, qui visent à préserver sur 30 ans 8 000 ha de terres agricoles à l’échelle de la place aéroportuaire.

Le Triangle de Gonesse est à la fois un projet emblématique et un projet pilote de cette démarche. Il illustre la déclinaison locale de la démarche agricole portée par l’EPA au sein de son projet urbain. Des trois projets étudiés par le jury du marché de définition en 2008, celui du groupement  Güller Güller était à la fois le plus compact et le seul qui permettait de préserver l’activité agricole en créant une zone agricole d’un seul tenant au nord du site.  Sur le territoire du Triangle, l’EPA Plaine de France a ainsi fait le choix de préserver un carré agricole de 400 hectares, aujourd’hui exploité en grande culture par 8 agriculteurs. L’ouverture à l’urbanisation du Triangle de Gonesse indiquée dans le SDRIF est d’ailleurs conditionnée par la préservation de la fonctionnalité d’un seul tenant des terres agricoles existantes, soit au moins 400 hectares préservés au nord.

Ce Carré Agricole restera à vocation strictement agricole. L’EPA interviendra sur cette zone uniquement pour réaménager les accès et faciliter/sécuriser les circulations agricole. Afin de pérenniser cet usage du sol et de créer un périmètre de protection juridique sur cette zone, les conseils municipaux de Gonesse et de Roissy-en-France ainsi que l’Agence des Espaces Verts (AEV) de la Région Île-de-France ont intégré le Carré Agricole dans le Périmètre Régional d’Intervention Foncière (PRIF). Ce périmètre d’intervention permettra à l‘AEV et à la SAFER d’acquérir prioritairement les terrains qui seraient en vente dans ce périmètre, afin d’éviter le mitage des terres agricoles, de préserver la biodiversité et le maintien des activités agricoles.

Afin de renforcer et compléter ce dispositif de protection du carré Agricole, l’EPA œuvre aux côté des collectivités à la mise en place d’une Zone Agricole Protégée (ZAP) sur la totalité de cette zone comme il s’y était engagé lors de la concertation règlementaire pour la création de la ZAC du Triangle de Gonesse. L’EPA a en effet pris 10 engagements lors de la réunion publique de clôture de la concertation d’octobre 2013, dont celui de créer un périmètre de protection juridique pour les 400 ha du carré agricole. Le 23 juin le conseil municipal de la Commune de Gonesse a délibéré favorablement sur cette ZAP.

Au sein de la ZAC du Triangle, l’EPA Plaine de France a également fait le choix de former une lisière d’une surface de 11 ha dédiée à l’agriculture. Elle marque la limite de l’urbanisation future, et doit permettre de gérer l’interface ville-campagne et de développer des liens fonctionnels avec le territoire. Cette interface a vocation à accueillir des démarches agricoles innovantes, éducatives et écologiques, etc, et permettra de préserver des sols fonctionnels et en bonne santé, non imperméabilisés.

Soulignons, enfin, que le projet prévoit, outre les 11 hectares de lisière agricole, 70 ha d’espaces verts, non imperméabilisés ».

Concernant le rendement des terres agricoles, cette question relève de l’aménageur Grand Paris Aménagement ; nous vous invitons donc à consulter la chapitre consacré à l’agriculture (à partir de la page 121 du chapitre 1) de  l’étude d’impact réalisée par l’aménageur sur le Triangle de Gonesse.

Concernant le site de l’ancienne usine Peugeot Citroën nous vous rappelons ci-dessous la réponse que nous avons donnée lors du débat public sur cette question :

Le choix du site de Gonesse pour l’implantation d’EuropaCity est issu d’un long dialogue avec l’ensemble des parties prenantes publiques.

Voici quelques éléments chronologiques qui rappellent le cheminement de la réflexion et les conditions de son aboutissement :

– le concept fondateur d’EuropaCity est né et a été progressivement affiné entre 2006 et 2008. Des hypothèses de localisation européennes puis françaises ont successivement été étudiées, en Europe et en France, notamment à l’ouest et au sud de l’Ile-de-France : c’est en 2010 que le choix du maître d’ouvrage s’est porté sur le site de Gonesse, en concertation et en partenariat avec les acteurs publics. Depuis 2010, le projet est partagé avec les parties prenantes dans le cadre d’un comité de pilotage co-présidé par le préfet du Val d’Oise et le maire de Gonesse, qui comprend les services de l’Etat, les communes, communautés d’agglomérations et départements concernés, la Région Ile-de-France, l’association des collectivités du Grand Roissy et l’EPA Plaine de France.

L’EPA a défini avec le maître d’ouvrage les modalités d’insertion urbaine et environnementale du projet EuropaCity dans le cadre de l’aménagement, prévu par les Schémas directeurs de la Région Ile-de-France successifs depuis 1994, du Triangle de Gonesse dont 280 hectares sur 700 sont ouverts à l’urbanisation, au sein desquels 80 hectares seraient occupés par EuropaCity.

Entre septembre 2010 et janvier 2011, un débat public s’est tenu sur le réseau de transport public du Grand Paris. A l’issue de ce débat, l’Etat et la Région ont confirmé leur volonté de créer une gare de la ligne 17 du Grand Paris Express sur le site du Triangle de Gonesse, en liaison avec le projet de Barreau de Gonesse. En 2011, en concertation avec l’EPA Plaine de France, le maître d’ouvrage a lancé une consultation auprès de quatre équipes internationales pluridisciplinaires : les travaux de ces quatre équipes ont fait l’objet d’expositions en divers lieux (Paris, Gonesse…) et c’est l’agence danoise Bjarke Ingels Group (BIG), entourée d’agence et de bureaux d’études spécialisés, qui a été retenue en 2013 après consultation de l’EPA et des collectivités, pour un projet architectural conçu pour être inséré au sein du plan-guide du projet d’aménagement du Triangle de Gonesse.

En septembre 2013, la société Alliages et Territoires qui porte le projet EuropaCity a saisi la Commission nationale du débat public de l’opportunité d’organiser un débat public sur le projet dont la localisation avait ainsi été définie : en octobre 2013, la CNDP a décidé d’organiser un débat public, qui est aujourd’hui en cours.

– en parallèle, l’annonce par PSA-Peugeot Citroën de son intention de fermer l’usine d’Aulnay-sous-Bois a été faite en juillet 2012. Le gouvernement comme les collectivités locales ont rappelé depuis leur intention de maintenir la vocation industrielle du site, auquel votre question fait vraisemblablement référence.

L’arrêt effectif de la production des chaînes de montages est intervenu en octobre 2013, alors que – comme indiqué ci-dessus – le projet EuropaCity, tant dans son concept que dans le choix du site d’implantation, avait déjà franchi des étapes majeures selon un processus complètement distinct.

D’autre part, le terrain, propriété de PSA, représente environ 160 hectares et a fait l’objet d’un schéma directeur élaboré par PSA en lien avec les collectivités locales, soucieuses de son devenir. Une partie (une quinzaine d’hectares) a d’ores et déjà été vendue, en février 2015, par PSA à une entreprise de logistique qui projette d’y construire, à court terme, des entrepôts.

La Société du Grand Paris a par ailleurs confirmé en 2015 son intention de réaliser sur ce site le Centre de maintenance et de remisage des futures lignes 16 et 17 du métro du Grand Paris.

D’autres projets sont envisagés pour cette friche industrielle, qu’il ne nous appartient pas de décrire d’autant que l’Etat a indiqué à l’automne 2015 qu’une Opération d’intérêt national (article L121-2 du code de l’urbanisme : opération d’urbanisme dont l’intérêt majeur justifie l’application d’un régime juridique particulier dans lequel l’Etat conserve la maîtrise de la politique d’urbanisme, délivrance des permis de construire, création de ZAC…) visait ces terrains industriels en mutation. Ce site, contrairement au Triangle de Gonesse, peut accueillir des logements dans sa partie sud et n’a pas vocation à être desservi par une infrastructure de transport en commun « lourd », de type métro.

Ainsi, ni en termes de calendrier, ni en termes d’adéquation d’un projet à un territoire donné et bien identifié, ni en termes de compatibilité de la définition des besoins et attentes respectifs, notamment en termes de desserte, le projet EuropaCity et le site de l’ancienne usine PSA-Peugeot Citroën n’ont pu se rencontrer.

 

12 juin 2017

Question de M. Samuel PACQUELET

Date

Je trouve ce projet exceptionnel pour la France Pensez vous que le projet pourra être réalisé avant les JO si ceux-ci se déroulaient à Paris pour profiter du nombre important de touristes qui viendront ?

 

La réponse d’EuropaCity

Bonjour,

Nous vous remercions pour votre avis sur le projet. Notre objectif est une ouverture en 2024, concomitamment à la mise en service de la ligne 17 du métro du Grand Paris Express. Le planning actuel permet donc d’envisager une ouverture à l’échéance des JO, si ceux-ci se déroulent à Paris. La décision sur les JO sera connue le 13 septembre prochain.

12 mai 2017

Question de M. Jean LAFITTE

Fréquentation

Bonjour,

J’espère que vous êtes au courant que le lieu d’implantation est fréquenté par des individus « louche » comment souhaitez vous remédiez à ce problème ?

La réponse d’EuropaCity

 Bonjour,

Il nous est difficile de vous répondre sans précision complémentaire.

10 mai 2017

Question de M. Lionel D’ORIA

Intégration

Bonjour,

Pour qu’un tel projet puisse voir le jour, il doit être accepté par la population. Envisagez-vous des sponsorings avec des clubs de sport locaux (comme le Stade Rugby Domontois) pour porter aussi des projets sociaux ?

La réponse d’EuropaCity

 Nous vous remercions pour votre suggestion. Le sport est en effet une dimension importante du projet. Nous étudierons donc toutes les formes de partenariat avec des clubs de sport locaux. Nous vous invitons à intégrer votre idée dans la rubrique « Loisir et sport » de la nouvelle plateforme « Le Fil des Idées » sur le site internet du projet :

http://www.construisons-europacity.com/le-fil-des-idees/

2 mai 2017

Question de M. Christophe GUILLOT

Réunions publiques

Où et quand auront lieu les prochaines réunions publiques ?

Réponse d’EuropaCity

Une réunion publique est prévue pour la fin du mois de juin. Nous vous tiendrons informé dès que nous aurons une date et un lieu à vous communiquer.

Par ailleurs, si vous souhaitez approfondir un sujet particulier, vous avez la possibilité d’organiser un rendez-vous, en petit comité, chez vous, avec les personnes de votre choix (collègues, amis, membres d’une association, etc). Nos équipes se tiennent à disposition pour en discuter: concertation@europacity.com

Pour de plus amples informations sur ce type de rencontres, vous pouvez consulter la page dédiée « Si on en parlait »

Enfin, pour vous tenir informé de l’actualité de la concertation, nous vous invitons à vous inscrire à la  newsletter.

L’équipe EuropaCity

 

 

13 mars 2017

Question de M. Cédric DERVILLE

Bonjour, Avez-vous prévu d'étudier la possibilité d'un KIDZANIA sur…

Bonjour, Avez-vous prévu d’étudier la possibilité d’un KIDZANIA sur EuropaCity ? Que pensez-vous de l’idée de lancer un appel d’offres. Ce serait un excellent drainant pour les familles. Les parents laisseraient leurs enfants au parc KIDZANIA pour vaquer à leur shopping en ayant le sentiment que leurs enfants vont enfin avoir une activité constructive. Aucun équivalent en Europe mis à part Londres et Lisbonne.

Cliquez pour consulter la pièce jointe

La réponse d’EuropaCity

Bonjour,

Nous sommes très attachés à offrir une offre non seulement originale mais aussi de qualité pour satisfaire aux souhaits de l’ensemble de la famille. En effet EuropaCity proposera, dans un même lieu, une offre variée et complémentaire en matière de loisirs, de culture et de commerces.
C’est en ce sens que nous travaillons actuellement à la sélection des opérateurs, enseignes et partenaires répondant à ces attentes. Nous vous remercions donc pour votre suggestion et l’information que vous nous avez fait parvenir sur le concept du parc KIDZANIA.

L’équipe EuropaCity

13 mars 2017

Question de Mme. Katy GUEGAN

La question environnementale a-t-elle été incluse dans la conception ...

La question environnementale a-t-elle été incluse dans la conception du projet? Le projet impose-t-il que tous les bâtiments soient labellisés Haute Qualité Environnementale? que les organisations soient normalisées dans le développement durable (par exemple que les centres de congrès soient certifiés ISO 20121) avec des actions concrètes comme la sensibilisation des visiteurs, la mise en place de poubelles de tri, etc… et qu’ EuropaCity soit le premier éco-parc en Europe pour servir d’exemple ?

La réponse d’EuropaCity

Bonjour,

La question environnementale est au cœur de la conception du projet EuropaCity, tant évidemment dans les normes de construction qu’en exploitation, notamment dans sa gestion des ressources (eau, déchets et énergie).

Nous avons réaffirmé cette ambition environnementale forte dans la décision du maître d’ouvrage du 9 décembre dernier (voir page 6 « Sur le sujet de l’environnement et de l’aménagement ») :

Le sujet de l’environnement sera approfondi avec les habitants et les acteurs du territoire tout au long de la phase de concertation qui s’ouvre, notamment lors d’ateliers : une première série s’est déroulée le 29 mars, une deuxième série devrait se dérouler avant l’été, avant des ateliers de restitution à l’automne 2017. Vous pourrez retrouver les comptes-rendus de ces rencontres sur le site internet.

Pour aller plus loin à ce stade, nous vous invitons à prendre connaissance des travaux portant sur le sujet de l’environnement lors du débat public qui s’est tenu en 2016, sous l’égide de la Commission nationale du débat public :

Enfin, nous avons bien noté votre suggestion que le projet devienne un exemple d’éco-parc en Europe, et nous vous en remercions.

L’équipe EuropaCity

13 mars 2017

Question de Mme. Katy GUEGAN

La question environnementale a-t-elle été incluse dans la conception ...

La question environnementale a-t-elle été incluse dans la conception du projet? Le projet impose-t-il que tous les bâtiments soient labellisés Haute Qualité Environnementale? que les organisations soient normalisées dans le développement durable (par exemple que les centres de congrès soient certifiés ISO 20121) avec des actions concrètes comme la sensibilisation des visiteurs, la mise en place de poubelles de tri, etc;… et qu’EuropaCity soit le premier éco-parc en Europe pour servir d’exemple ?

Réponse en attente

21 janvier 2017

Question de Mme. Katy GUEGAN

Nemesim appellamus: ius quoddam sublime numinis efficacis, humanarum mentium opinione lunari…

… circulo superpositum, vel ut definiunt alii, substantialis tutela generali potentia partilibus praesidens fatis, quam theologi veteres fingentes Iustitiae filiam ex abdita quadam aeternitate tradunt omnia despectare terrena?

La réponse du maitre d’ouvrage

Nisi mihi Phaedrum, inquam, tu mentitum aut Zenonem putas, quorum utrumque audivi, cum mihi nihil sane praeter sedulitatem probarent, omnes mihi Epicuri sententiae satis notae sunt. atque eos, quos nominavi, cum Attico nostro frequenter audivi, cum miraretur ille quidem utrumque, Phaedrum autem etiam amaret, cotidieque inter nos ea, quae audiebamus, conferebamus, neque erat umquam controversia, quid ego intellegerem, sed quid probarem.

Ultima Syriarum est Palaestina per intervalla magna protenta, cultis abundans terris et nitidis et civitates habens quasdam egregias, nullam nulli cedentem sed sibi vicissim velut ad perpendiculum aemulas:

  • Caesaream, quam ad honorem Octaviani principis exaedificavit Herodes, et Eleutheropolim et Neapolim itidemque Ascalonem Gazam aevo superiore exstructas.
  • At nunc si ad aliquem bene nummatum tumentemque ideo honestus advena salutatum introieris, primitus tamquam exoptatus suscipieris et interrogatus multa coactusque mentiri, miraberis numquam

Antea visus summatem virum tenuem te sic enixius observantem, ut paeniteat ob haec bona tamquam praecipua non vidisse ante decennium Romam.