26 Juin 2015

Lola Young : Donner une âme à EuropaCity

Retrouvez un contenu exclusif issu du magazine d’EuropaCity : Play très régulièrement. Aujourd’hui, découvrez le portrait de Lola Young. Artiste, membre de la Chambre des lords, grande humaniste, la Britannique Lola Young fait partie du Conseil d’Orientation Scientifique d’EuropaCity. Son credo : placer l’humain au cœur du projet.

Le développement durable est aussi important à mes yeux que l’inclusion sociale. Nous devons trouver des moyens de travailler à échelle humaine, de manière à ce que les communautés ne se sentent pas dépassées par l’ampleur du chantier.

Personnalité incontournable

Lola Young, baronne de Hornsey, rappelle très souvent que parler de responsabilité et d’environnement, renvoie aussitôt à la flore et à la faune. Mais l’espèce humaine appartient aussi à l’écosystème : un projet responsable sur le plan environnemental doit intégrer cette dimension. À EuropaCity, un Conseil d’Orientation Scientifique a donc été mis en place, constitué d’experts issus des quatre coins de l’Europe, leur l’expérience permettra au projet de s’intégrer au plus juste dans son environnement et son temps. Lola Young en fait partie. Ni architecte, ni spécialiste en marketing, c’est une artiste : actrice et chanteuse de formation, elle se spécialise dans l’histoire culturelle du point de vue des rapports de domination, comme en témoigne son admiration pour le sociologue jamaïcain Stuart Hall, l’auteur anglo-jamaïcaine Andrea Levy (Une si longue histoire, Quai Voltaire, 2010) ou le réalisateur anglo-ghanéen John Akomfrah (The Stuart Hall Project, 2013). Chacun d’eux aborde les questions d’identité, d’appartenance et d’ethnicité qui font de Lola Young – auteur également, en 1995, d’un essai sur la race, le genre et la sexualité au cinéma – une actrice clé dans l’édification d’EuropaCity.

Alchimie

Membre de la Chambre des Lords du Parlement britannique, Lola Young a déjà organisé des dizaines d’événements culturels au Royaume-Uni, invitant des artistes à rejoindre des projets à forte influence éducative et sociale. Une expérience précieuse aux yeux de Gail et Barry Lord, fondateurs du Lord Cultural Resources, cabinet spécialisé dans la planification de pratiques culturelles. Lola relève le défi avec enthousiasme : « Le plus complexe, et donc le plus stimulant, consiste à m’assurer que les populations locales sachent que le développement du projet leur appartient aussi. »

Elle veille ainsi à l’alchimie de deux mondes, celui des ingénieurs et celui de l’immatériel : « Le secret est d’encourager une participation qui ait du sens sans être ”paternalisante”, pour inciter les communautés les plus concernées à s’impliquer dans la construction du projet », précise Lola. « Les habitants doivent avoir accès à l’information facilement, leur participation doit être prise au sérieux. Les porteurs de projet doivent avant tout faire preuve de transparence et de fiabilité, d’écoute, d’empathie et d’imagination.»

Dans cet état d’esprit, EuropaCity est un projet réellement responsable. Avec un personnage aussi atypique que Lola Young dans la boucle, il y a de quoi être optimiste.

 En savoir plus