3 questions à Elisabeth Detry, Présidente CMA de Seine-et-Marne

3 questions à Elisabeth Detry, Présidente CMA de Seine-et-Marne
8 juin 2018 Léo PILLET
EuropaCity a signé, lundi 9 octobre 2017, une convention cadre avec les Chambres de Métiers et de l’Artisanat (CMA) du Val-d’Oise, de la Seine Saint-Denis et de la Seine-et-Marne.
Elisabeth Detry, Présidente de la Chambre de Métiers et et l’Artisanat (CMA) de la Seine-et-Marne répond  à nos questions !

 

Former à la performance et à l’innovation, c’est une volonté au quotidien des Chambres de Métiers tout comme encourager à l’apprentissage et favoriser l’emploi

  • Quelles sont les missions de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat en matière de formation ?
 Aujourd’hui, plus que jamais, pour assurer la pérennité, développer l’employabilité et former à la modernité les dirigeants et les collaborateurs de l’entreprise, notre Chambre de Métiers s’est fixé comme objectif prioritaire la formation des différents acteurs : artisans, conjoints, salariés… En ce sens, nous proposons une offre de formation adaptée aux attentes et aux besoins de ses ressortissants. Cela passe par des stages de courte durée à des formations qualifiantes de montée en compétences. L’offre s’est ouverte à d’autres publics en quête d’une reconversion professionnelle que ce soit, des demandeurs d’emploi ou toute autre personne souhaitant rejoindre l’Artisanat. L’autre mission importante de la Chambre de Métiers porte bien entendu sur l’apprentissage. L’emploi dans l’artisanat, c’est d’abord les apprentis accueillis et formés dans les entreprises. Notre CMA gère le plus important CFA de Seine-et-Marne avec ses 3 Instituts des Métiers et de l’Artisanat (IMA du Pays de Meaux, IMA du Pays de Melun Val-de-Seine et IMA du Pays de Montereau) où 1 780 jeunes suivent une formation en alternance depuis le CAP jusqu’aux niveaux supérieurs (BTS/BTM/Licence).
  • Qu’attendez-vous de ce partenariat établi entre les Chambres de Métiers et de l’Artisanat et EuropaCity ?
L’artisanat est un acteur important du développement économique local et participe pleinement à la dynamique des territoires. Il sait s’intégrer dans les projets d’envergure. De son côté, le projet EuropaCity affiche la volonté de s’ancrer dans l’économie locale en s’appuyant sur les compétences existantes situées dans son environnement. Dès lors, la CMA a évidemment un rôle à jouer en matière de formation et particulièrement d’apprentissage pour les personnels qui travailleront sur ce site. Ce projet doit également être l’occasion pour des professionnels artisans de contribuer à sa construction, à sa maintenance et pour certains métiers présenter l’opportunité de pouvoir s’y installer et y travailler.
  • Pouvez-vous en dire plus sur l’étude sur les métiers d’art en cours ?
L’Artisanat français est réputé et reconnu dans le monde entier pour son savoir-faire et sa qualité. Cette excellence se retrouve notamment dans les nombreux métiers composant l’artisanat d’art. Lors de nos échanges avec les équipes d’EuropaCity et au regard de la dimension internationale et culturelle du projet, il nous est apparu évident d’étudier la possibilité d’inclure l’artisanat d’art dans notre réflexion.Dans cette optique, nous envisageons de réaliser en 2018 une enquête auprès des professionnels artisans des métiers d’art afin de mesurer avec eux leur intérêt de se positionner au sein d’un tel équipement et recueillir leurs attentes. Il s’agit en quelque sorte d’une étude d’opportunité qui si elle se révèle positive pourra être complétée par une étude de préfaisabilité portant sur les conditions et modalités d’accueil des artisans d’art.